Aquarelle et voyages

Aquarelle et voyages

Dans la lignée des grands carnets de voyages

28.03.08

Certaines grandes figures ont laissé sur du papier l’épanchement de leurs souvenirs de voyages, d’explorations, de tribulations ou découvertes. Que ce soit par devoir, mission, passion ou plaisir de transmettre et de se souvenir de simples sensations.

Qu’ils fussent navigateurs ( La Pérouse, Cook, Williams, Viaux …), explorateurs ( Champlain, Paul Emile Victor, Charcot…), aventuriers ( Henry de Monfreid, Alexandra David Néel….), artistes ( Delacroix….), écrivains ( Victor Hugo, Stevenson, Melville, Pierre Loti  ...), ou simple inconnu, leurs productions couchées sur papier ont plus ou moins bercé mon imagination le soir avant de sombrer dans les bras de Morphée .Un mélange d’écrits et de croquis qui composent des trésors de mémoire avec le carnet, seul support d’échange et de transmission pendant plusieurs siècles…..Dans cette aventure, la mer et les grands espaces maritimes ont joué un des rôles majeurs par son mode de transport et son évocation à chaque grande découverte de nouvelles terres . Inconsciemment ces épisodes d’aventuriers furent peut être à l’origine de mon intégration dans la marine nationale pendant 3 ans et à bord du « Jeanne d’Arc » pour côtoyer tous ces pays qui font rêver ! Mais « 3 ans de voyage » un ouvrage issu d’un binôme d’artistes, c’est aussi l’aventure moderne d’un récit illustré dans la lignée selon moi des plus grands carnets… 

 

 

                                                  

 

        

Dans cet univers passionnant des récits de voyages alimenté à notre époque plutôt par des artistes que des scientifiques, je vous invite à la rencontre avec un ouvrage qui marque par sa qualité et son ampleur, et laissant une impression de poids par rapport aux courantes parutions du genre ( 288 pages en grand format). Normal pour un livre relatant des chroniques de voyage entrepris par Claire et Reno Marca : de l’Afrique jusqu’au Pacifique en passant non pas par « la Lorraine » mais au travers du Moyen Orient, les Indes, l’Asie jusqu’au fin fond de la Chine.....et poussant  même au delà de cette terre pour traverser le Pacifique jusqu’en Nouvelle Zélande à bord d’un cargo. Le rythme du bateau, s’il s’apparente au sillage luisant de l’escargot, a ce charme de la lenteur que j’ai  apprécié lors de mes 2 tours du monde, celui de voir progressivement « naître » la côte et de prendre le temps de s’en imprégner, de savourer l’instant ou après une semaine de navigation , on va fouler la terre . Si les « tours opérator » à grand renfort de réacteurs ont révolutionné l’accès rapide aux gens pressés en n’importe quel point du globe, ce couple d’artistes-auteurs a pris son temps de 2000 à 2003 pour inlassablement avancer.

 Lorsque j’ai feuilleté à sa parution à l’automne 2005, cet ouvrage:« 3 ans de voyages » j’ai eu ces moments fébriles liés à la découverte d’une production de grande qualité. Comme une redécouverte de ces sensations intérieures qui fleurissaient avec mes premières foulées à chaque escale dans les pays du monde entier...

 Une rare et riche compilation d’écrits et relations de souvenirs, où aquarelles, croquis crayonnés, photos, documents et   font alterner l’iconographie du simple noir et blanc à la richesse colorée...

 

                                                    

 

               

Que dire lorsque l’on est sous le charme envoûtant d’un fabuleux récit de voyage sans tomber dans l’exagération pour mettre en avant la démarche d’un couple voyageur, où chacun « s’illustre » dans son domaine: celui de Claire Marca est l’écriture. Par sa plume les mots s’envolent ciblant leur proie comme un rapace à plumes...Riche de précisions anecdotiques et de profusions de détails, le récit se fraie une place se lovant comme un serpent au milieu des illustrations…….

       « Plus au sud nous progressons dans des vallées isolées, parsemées de magnifiques vergers en fleurs. Pour grimper au pied des Kaçkar Daglari, nous profitons de la camionnette qui livre dans les villages d’altitude le courrier et le pain. Nous parvenons à Yaylalar, hissé à presque 2 500 mètres, ultime hameau avant la neige et les sommets. L’endroit répond à nos rêves les plus fous : construit sur la pente du relief, c’est un petit groupe de chalets faits de rondins de bois sur une haute base de pierres et qui semblent parfois tenir en équilibre. La maison de Mehmet, qui sert d’épicerie au rez-de-chaussée et de gîte à l’étage, sera l’endroit parfait pour poser quelque temps nos bagages. Dans ce panorama de yayla * fissurés de sentiers tortueux, nous marchons tous les jours, de plus en plus loin, de plus en plus haut.

A Yaylalar, la vache est vénérée; sa bouse même est précieuse, qui se recycle en ciment et en combustible…… » Extrait de la découverte de la Turquie

 

 

 

                

 Loin d’apporter une quelconque redondance avec l’écrit, l’llustration apporte fraîcheur, saisie d’un instant passé, grâce à la délectable et subtile qualité de l’aquarelle qui coule sans défaillir à la précision du pinceau de Reno. Un embellissement de valeur isssu de la dextérité d’un gaucher et le coup d’oeil tranchant comme un scalpel qui réplique sans hésitation le moindre détail. Fou de dessins depuis sa jeunesse, ce breton n’a pas oublié les attraits de la mer et du grand large. Sacrifiant une partie de son temps à une autre passion maritime :la pêche, cet illustrateur professionnel confirmé est passé auparavant sur les bancs d’école d’architecture intérieure et de design. Reno Marca « ramènera dans ses filets », une jeune étudiante Claire.Celle qui deviendra «sa moitié» dans la vie sédentaire et les expéditions à travers le monde sera tout natuerellement sa collaboratrice attitrée. Elle saura faire couler l’encre noire pour au travers des mots, tirer la quintessence de moments hauts en couleurs, autant que Reno concernant les jus colorés de l’aquarelle et le crayon pour le plus grand plaisir des yeux....Comme un patchwork chroniques et images mêlées se bousculent pour fidèlement rapporter l’atmosphère, la richesse de l’aventure, le contact de peuples au mode de vie trop souvent dépréciés.....  

Je les place dans mon grand coffre de marin , au même titre que tous ces carnets qui les ont précédé : Carnets d’aventurier, de botaniste, de géographe, d’ethnologue, d’explorateur, naturaliste, carnets de bord de capitaine, carnets de croquis d’artiste, carnet de notes d’écrivain ou de simple témoin.

 Leur oeuvre est comme l’écume de mer, elle brille de mille cristaux et laisse un goût, celui du sel piquant de l’aventure.....

                                           

                                    

 

 Sur leur site Web: http://www.reno-marca.com/  Vous découvrirez les détails de leurs autres créations, productions, participations à d’autres ouvrages, et notamment leur « dernier né » : "Madagascar, 3 mois de voyage sur l'île rouge"  (Éditions Aubanel)

Grand Prix Michelin à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-ferrand 2007
 

"3 ans de voyage" a reçu plusieurs récompenses méritées:
     Mention Spéciale
à la Biennale du carnet de voyage de Clermont-Ferrand 2005 ,
     Prix des 5 Continents 2006 dans la catégorie Beaux Livres,
     Mention Spéciale  Prix Amerigo
Vespucci 2006(Festival International de Géographie de St Dié )
     Prix du Jury 2007  Festival du Film d'Aventure de Vallauris (FIDLAS).
  

 

 

L’ouvrage épuisé est en reédition (Hermé) et paraîtra début mai

 

Remerciements aux auteurs de l’autorisation de ponctionner parmi leurs oeuvres pour créer les montages illustrant cet article

 



28/03/2008
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres