Aquarelle et voyages

Aquarelle et voyages

Le "Jeanne d'Arc " mon ancien vaisseau



              

                   Mercredi 2 décembre 2009,  prendra le départ pour son dernier tour du monde après 45 ans de loyaux services  la « Jeanne » mon ancien navire qui m'a offert en tant que pompon rouge 2 tours du monde. Ce vaisseau le plus ancien navire de guerre Français fût en même temps navire école pour les officiers élèves, ambassade itinérante de la France, et le « Saint Bernard » des mers !  Ainsi après 2 500 000 kms parcourus soit l'équivalent de 62 tours du globe la "Jeanne" va devoir souffler car ses turbines à vapeur sont fortement à bout de souffle ....et la destinée que vont lui livrer les hommes est de la dépouiller de son armure ! (Qui ne gardait sa ligne sans maigrir grâce à toutes les couches de  peinture apposées depuis sa mise en service)




La "Jeanne" au mouillage à Bora-Bora


           

        Faisant escale dans tous les plus prestigieux ports du monde comme: New-york, Los Angeles, Tokyo, Hong-kong, Valparaiso, Rio de Janeiro, Vladivostok ...ou les plus énigmatiques sites comme l' Ile de Pâques, le porte-hélicoptères « Jeanne d'Arc» a aussi porté assistance et secours aux personnes dans le besoin selon l'urgence des évènements du moment:

              Sauvetage boat people dans la mer de Chine, secours aux victimes du Tsunami à Sumatra en 2005, celles du cyclone Mitch en 1998, récupération des otages du Ponant en 2008 , assistance à la navigatrice en solitaire Maud Fontenoy lors de son tour du monde à la voile....

         

               Des têtes renommées en tant que chef d’état comme François Miterrand, le roi Hussein de Jordanie, Fidel Castro, Salvador Allende (lors de mon escale à Valparaiso au Chili)……ou des acteurs célèbres Jean Gabin, Bernard Giraudeau ( Ancien matelot de la Jeanne) ont posé leurs pieds sur le pont d’envol .


         Je veux bien livrer quelques brèves sensations de mes péripéties les plus marquantes :

            Au pays de la liqueur bleue ( Curaçao) une star internationale de la chanson Diana Ross alors soliste de son célèbre groupe de la Motown : The suprems m'a « touché le pompon » .... connaissant le symbole porte bonheur de la sommité velue du bonnet de matelot !         

              Au pays des énigmatiques géants de pierre comme pour s'ajouter aux nombruex mystères de cette île de Pâques, un simple « Couteau » non pas de Laguiole mais au prénom de Christian est arrivé par la voie des airs. Ce n'était pas un tour de magie mais un simple tour en hélicoptère qui nous permettait depuis le pont d'envol d'une « Jeanne » en mouillage, d'aterrir sur le stade football de l'unique village et capitale de la petite île : celui de Hanga Roa....

         Au pays du « lotus bleu » ou de « l'empire du milieu » j'ai arpenté les marchés nocturnes de Hong-kong .....ou les allées de la vieille ville sacrée Nara au pays du « soleil levant »   

         Au pays des anciens Etrusques  j'ai foulé la pelouse d'un stade désert celui d'une citée célèbre qui « couvait sous la cendre » depuis 2 millénaires : Pompei

          Au pays des Amérindiens j'ai rencontré comme un « aigle noir » dans la rue du trésor à Québec ( Une autre sorte de « place du tertre de Montmartre » où s'exposent en permanence artistes peintres, dessinateurs et portraitistes de tous poils ) un descendant de ces fameux chasseurs à plumes, profil d'aigle, peau cuivrée, longs cheveux noir de jais ....Ceux que les conquérants ont toujours et partout surnommé péjorativement « sauvage »

        Au pays des lamas j'ai senti parmi ses grands espaces désertiques ou dans son port mythique Valparaiso mon coeur vibrer à l'unisson d' un continent Sud Américain qui a une âme indéfinissable et envoûtante....




Votre serviteur Christian couteau à Tahiti février 1969


      

            Au pays des starlettes et du cinéma j'ai foulé de nuit la tête dans les étoiles et les pieds sur le trottoir celui de Hollywood boulevard une des plus célèbres artères de Los Angeles où certaines « étoiles » sont figées à jamais pour briller même la journée...        

          Au pays de la « radioactivité artificielle » à Mururoa ( Ancien site expérimentation nucléaire de la France) avant d'accéder aux joyaux de la Polynésie française ( Tahiti et Bora-Bora) rien de mieux qu'un bon bain désinfectant.....Dans des eaux cristallines et turquoises où l'on ne voit pas la pollution sournoise je me suis baigné car c'était autorisé et contrôlé selon le discours officiel de la « grande muette » ....La seule contrainte: Valait mieux ne pas se blesser au contact des coraux : de véritables concentrés de pollution nucléaire. Quand aux éponges marines naturelles n'en parlons pas !

  

           Le seul regret que je conserve de toutes ces escales c'est quand je revois leur physionomie actuelle par vidéo interposée. Je ne retrouve plus leur attrait et charme d'antan....Souvent le modernisme a bouleversé les paysages, la loi du tourisme et ses profits ou objectifs économiques est venue y mettre son nez .


      A l'ile de Pâques où les charters envahissants se posent comme des frelons anesthésiant de leur désinvolte déversement un univers encore sauvage il y a 40 ans ! Touristes en chapeaux de paille, collier de coquillages, et bermudas à fleurs à l'assaut des modestes pentes du volcan Rano Raraku, véritable fourmilière plus nombreuse que les multiples statues de pierre immobiles comme des quilles d'un jeu aux règles inconnus sur les flancs de terre rouge ! J'ai eu le privilège inverse en février 1969 celui de découvrir ce panorama où les géants de pierre  faisaient de l'ombre à quelques pompons rouges ....







             Une dernière anecdote qui montre le climat de pollution d'une île non préparée à un afflux massif de visiteurs : les Pascuans autochtones ont manifesté cet été en bloquant l'aéroport pendant quelques jours pour réagir à ce degré de pollution intolérable pour l'environnement que leur apportent les charters du tourisme et leur colonies qui en oublient souvent en partant leurs « papiers» ..... Eux seuls pouvaient réagir car les plus vieux habitants restent immobiles pour l'éternité en veillant sur ce « nombril du monde »


         C'est la saison des fêtes de fin d'année et pour couronner cette dernière campagne de la « Jeanne » un livre cadeau vient juste de paraître. Comme une célébration de l'aura à travers le monde entier d'un navire portant haut le nom d'une pucelle sanctifiée par l'histoire






                    La Jeanne d'Arc en "laisse" à Valparaiso ( Chili)



            Je réserve en conclusion une nouvelle moins féerique que celle attachée à la fête de Noël. Je ne suis pas rancunier loin de là mais l'histoire semble prendre un malin plaisir à rappeler certains souvenirs ou fait marquant pour les plus simples des livres d'histoire .....Celui de l'issue funeste de notre petite bergère de Domrémy devenue chef de guerre et l'ennemie numéro un de l'occupant Anglais qui en 1431 la fit partir en fumée sur un bûcher de Rouen ! De mauvais esprits pourraient relever alors cet article paru dans le journal « le Monde » un certain 14 juillet de cet année qui anticipant la fin prochaine en été 2010 du porte-hélicoptères, lui présageait un avenir « fumant » par siècles interposés.

                     Comme actuellement le vieux porte-avions Clémenceau vieille "conserve"  ouverte sur les chantiers de désamiantage et recyclage de la société Anglaise Able UK , notre ambassadrice au long cours aprés une chevauchée de 1350 millions de kms autour du monde pourrait tomber dans ses fosses ....... celles où l'on ne met pas de croix !

         Il est ironique de relever que pour que la "Jeanne" ne puisse pas brûler et ainsi résister à toute agression du feu elle fût dés sa construction de 1959 à 1961 "bourrée" d'amiante ....Une sorte d'armure moderne que la pucelle d'Orléans n'avait pas le privilège de revêtir! Je pense que ce sujet n'a pas fini de faire tousser ......


       Voilà un témoignage personnel, un certain cri du coeur envers un grand vaisseau au nom duquel j'ai versé un peu de sang ! ( Arrêtez de voir des jeux de mots partout...)  Et ce sera la dernière confidence en conclusion : J'ai eu l'honneur et le plaisir, passionné de rugby, d'appartenir alors pendant mes 2 tours du monde à l'équipe de la « Jeanne » et si j'ai pu foulé beaucoup de terrains étrangers parmi les plus célèbres comme à Durban en Afrique du sud j'ai parfois fini le match les genoux écorchés et laissé sur la terre quelques gouttes rouges comme la couleur de mon ancien pompon !


                       EXPRESSION ARTISTIQUE


         Ma passion de l'eau ne s'est pas éteinte aprés mon retour dans la vie civile au bout de 3 ans d'engagement. Car sensible au domaine artistique je me suis tourné vers l'aquarelle, l'art de la peinture à l'eau .......Cela coule de source! 

                  Et l'imprégnation de mes souvenirs de voyage même aprés 40 ans ne s'est pas diluée au point que j'ai entamé aprés 2 autres carnets de voyage celui de mes 2 tours du monde avec la Jeanne : Son titre "Mémoire d'un pompon rouge".......Je vous en livre quelques courts extraits d'un carnet à spirale grand format à l'italienne ! 



 




          Un souvenir marquant entre les escales de Valparaiso ( Valpo pour les marins) et l'énigmatique île de Pâques ce fût la découverte depuis le large de la petite île Juan Fernandez ou Robinson car elle fût l'inspiratrice du célèbre roman "Robinson Crusoe" à Daniel Defoe.....





 

       Tirés de mon carnet de croquis où s'entassent comme dans un sac de marin les dessins inspirés par ma vie à bord ..... Excusez le style celui de votre serviteur qui outre peintre et aussi dessinateur autodidacte.









 Mise à jour 03 décembre 2009

 


01/12/2009
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 89 autres membres